Business plan financier : 1- investissements & amortissements 5


Introduction

Business_Plan_Financier_2Ce thème du business plan financier, sera abordé en plusieurs articles de façon à rester digeste !

Ce premier article aborde les notions d’investissement, d’amortissement et d’emprunt, les articles suivants aborderont les notions de charges, revenus et besoin en fonds de roulement.

NB : si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à lire l’article Business Plan : 5 mythes à éradiquer qui s’attache à l’aspect rédactionnel & qualitatif du business plan et qu’il est préférable d’avoir lu avant celui ci.

Avertissement

Ces notions ne sont pas abordées d’un point de vue strictement comptable mais de façon à être appréhendées et comprises par des personnes qui ne connaissent pas ou très peu la comptabilité. Merci aux comptables d’excuser les raccourcis pris dans cet article, mais l’accent est mis ici sur la possibilité pour des entrepreneurs débutants de s’accaparer d’outils simples qui leur permettront sans complication de mettre l’aspect financier du plan d’affaire sous contrôle et surtout de se doter des outils de pilotage financier minimaux pour leur entreprise.

Message aux entrepreneurs novices

Je me rends compte,  à travers les nombreux échanges que nous avons au blog avec des entrepreneurs en herbe, qu’il s’agit en fait d’un sujet très intimidant, très difficile pour la plupart d’entre eux et facteur de nombreux abandons par découragement. Je veux ici les aider à surmonter cette difficulté.

Je veux aussi les mettre en garde contre une autre attitude que j’ai constatée. Face à un modèle de dossier financier remis par un organisme, le jeune entrepreneur a tendance à considérer les modèles de tableaux qu’on lui présente comme une sorte de formulaire administratif complexe qu’il faudrait bien remplir en mettant les bons chiffres dans les cases …

Ce n’est pas la bonne attitude, c’est du temps perdu et de la frustration garantie. Il est préférable de consacrer son temps à mettre en place des outils utiles pour son projet et qui en plus pourront permettre de remplir les cases des dossiers qui pourront se présenter.

Identifier les investissements

Ici, je veux parler de tout ce qui est nécessaire à la mise en place de l’outil de production, que je différencie des charges qui seront abordées dans un article ultérieur.

Notion d’investissement

Lorsqu’on démarre une entreprise, il y a certains achats qu’on ne fait qu’une fois pour toute. Par exemple, les frais liés à la création de la structure juridique (Rédaction des contrats, enregistrement, conseils, notaire …) ou à l’achat d’un terrain ne sont à faire qu’une fois.

Ensuite nous avons des achats ponctuels qui vont nous procurer un bien ou un service pour un certain nombre d’années. Par exemple, l’achat d’un droit au bail, l’achat d’un équipement (Matériel de bureau, ordinateur, machine, construction d’un bâtiment, …).

Ce type d’acquisition s’appelle un investissement. Ce sont des choses qu’on paye une fois mais qui vont rendre un service pour toute la vie de l’entreprise ou au moins pour plusieurs années. Notez au passage que le terme investissement désigne à la fois la somme nécessaire pour l’acquisition et ce qui est acquis. Par exemple, si je fais construire un poulailler, je dirai que c’est un investissement, je pourrai désigner par ce terme, suivant les contextes, le prix du poulailler où le poulailler lui même en tant qu’équipement.

Une distinction importante à faire parmi les investissements est la suivante : certains investissements portent sur des choses qui s’usent avec le temps, d’autres portent sur des choses que le temps n’altère pas. Par exemple, un ordinateur et un pickup sont des matériels qui s’usent avec le temps, leur durée de vie est limitée et il faudra les remplacer après un certain temps. A l’opposé, un terrain ne s’use pas et sa valeur pourra même s’apprécier dans le temps.

Cette distinction est importante car elle nous permet de comprendre la notion d’amortissement, en effet seuls les biens qui s’usent avec le temps doivent s’amortir.

Notion d’amortissement

Les biens qui s’usent doivent être remplacés tôt ou tard, et l’argent nécessaire à ce remplacement doit se provisionner tout au long de la durée de vie du bien considéré de façon à être capable de le renouveler lorsqu’il ne sera plus utilisable. Cette provision est ce qu’on appelle l’amortissement.

En effet, il faut bien comprendre que si tel équipement est nécessaire pour le fonctionnement de mon entreprise, même si j’ai réussi à le financer une première fois, pour que mon entreprise soit pérenne il faut que les revenus de l’activité soient capables d’autofinancer cet investissement lorsqu’il arrivera au terme de son utilisabilité.

Notez bien par exemple que, même si l’équipement en question ne m’a rien coûté (Disons qu’une ONG bienveillante me l’a financé par exemple Smile), si je ne suis pas capable d’en financer le remplacement à son terme, mon activité ne sera plus possible. Donc même un bien gratuit (et soumis à l’usure) doit être amorti !

Une dernière remarque à propos de l’amortissement est qu’il n’a aucune incidence sur la trésorerie, l’amortissement est un chiffre qui n’a pas de contrepartie en termes de flux financiers, il a une contrepartie comptable et il vient en déduction des résultats de l’entreprise, il a donc aussi une incidence fiscale car il vient en diminution des bénéfices.

L’entreprise a donc tout intérêt a convenablement inscrire ses amortissements dans sa comptabilité pour ne pas être sur-imposée.

Etablir le tableau des amortissements

Nous allons supposer que nous nous lançons dans un élevage de poules, et que nous achetons un terrain à 400K FCFA, nous construisons un poulailler pour 300K FCFA et achetons de l’équipement et outillage pour 80K FCFA.

On suppose qu’après 5 ans le poulailler devra être renouvelé totalement et que l’outillage dure 3 ans, le terrain en fait ne souffre pas les affres du temps et donc ne fera pas l’objet d’amortissement, en pratique, il ne figure pas dans un tableau d’amortissement au sens propre, je l’ai conservé dans notre exemple car ce tableau est aussi la liste de nos investissements et pour des raisons pédagogiques.

Exemple de tableau des amortissements

Désignation Prix Durée
de vie
1 2 3 4 5
A VR A VR A VR A VR A VR
Terrain  400 400   400   400   400   400
Poulailler 300 5 60 240 60 180 60 120 60 60 60 0
Outillage 80 3 27 53 27 26 26 0        
Amortissements de l’année 87 87 86 60 60

Comment sont calculés les montants d’amortissement ?

La méthode la plus simple consiste simplement à diviser la valeur de l’investissement par sa durée de vie. En jargon comptable, on appelle cela l’amortissement linéaire. Par exemple, notre poulailler qui coûte 300K FCFA et dont on estime la durée de vie à 5 ans va donc s’amortir sur 5 ans pour un montant de 300/5, soit 60K FCFA par an.

Ce chiffre est reporté dans le tableau ci-dessus dans la colonne A (pour Amortissement) de chacune des 5 années. Vous verrez qu’on agit de même pour l’outillage, mais sur 3 ans cette fois puisque c’est la durée de vie envisagée.

Notion de valeur résiduelle et amortissement dégressif

La colonne VR pour Valeur Résiduelle est simplement la différence entre la valeur d’achat (ou d’acquisition) et l’amortissement déjà réalisé. On voit que cette valeur décroit chaque année pour arriver à 0 au terme de la durée prévue pour l’amortissement. Le sens de la valeur résiduelle du point de vue comptable est de donner un prix comptable à l’équipement qui apparaîtra au bilan de l’entreprise, il enregistre la perte de valeur des actifs de l’entreprise avec le temps.

Notez bien également que même un équipement qui nous aurait été donné doit figurer au tableau des amortissements pour sa valeur marchande et l’amortissement calculé de la même façon que si nous avions payé cet équipement de notre poche.

Il y a une autre méthode d’amortissement dite dégressive, qui consiste à amortir plus en début de période. Ceci traduit le fait que certains biens se dévalorisent plus au début de leur vie, puis la perte de valeur est moindre. Ce choix peut sembler plus réaliste en ce qui concerne la valeur du bien à un moment donné mais ça ne change rien sur la durée et vous pouvez oublier cette finesse qui est assez rarement pratiquée.

Le financement des investissements

Il y a deux grandes façons de financer l’investissement : à partir des fonds propres de l’entreprise ou à partir d’un emprunt. Dans cet article, nous allons considérer uniquement l’usage de l’emprunt pour voir comment en gérer les conséquences financières.

Financement par l’emprunt

Les trois grands paramètres d’un emprunt sont le montant emprunté, la durée de remboursement et le taux d’intérêt.

L’argent emprunté doit être affectée à un achat précis et la durée du remboursement ne doit pas excéder la durée de vie de ce bien. Pour utiliser l’exemple de notre entreprise d’élevage de volailles, si nous devions financer l’ensemble des investissements par l’emprunt, nous devrions logiquement contracter 3 emprunts, l’un de 400K pour le terrain pour une durée longue de 15 ou 20 ans par exemple, un autre de 300K sur 5 ans pour le poulailler et un dernier de 80K sur 3 ans pour l’outillage.

Le problème pour l’entrepreneur, une fois qu’il sait de combien il a besoin et sur combien de temps il remboursera, est de savoir combien il devra rembourser chaque mois. La valeur des paramètres montant et durée de remboursement est sous le contrôle de l’entrepreneur, pour le taux d’intérêt auquel il peut emprunter, il fera une hypothèse réaliste dans un premier temps.

Enfin, on fera appel au calcul pour connaitre le montant des échéances de remboursement.

Calcul de la charge de remboursement

Supposons le prêt suivant de 400K FCFA à un taux d’intérêt annuel de 7 % que l’on remboursera sur 15 ans :

Remboursement de prêt
Taux annuel 7,00%
Capital emprunté 400 000,00
Durée du prêt (en années) 15
Mensualité à régler 3 547

Détails du tableau de remboursement

Pour établir un tableau de remboursement, vous pouvez utiliser un simulateur sur internet ou télécharger le Simulateur Excel.

Puisque la durée de remboursement est de 15 ans, nous aurons 15*12 = 180 mois donc 180 lignes à notre tableau. Nous ne représentons ci-dessous que les 3 premières et les 3 dernières.

Périodes Mensualité Capital Intérêts Valeur résiduelle
1 3547 1286 2262 398714
2 3547 1293 2254 397421
3 3547 1300 2247 396121
178 3547 3488 59 7035
179 3547 3508 40 3527
180 3547 3527 20 0

En utilisant le simulateur vous pouvez explorer diverses hypothèses de montant, taux d’intérêts, durée de remboursement et voir comment cela influx sur le montant des mensualités.

Explication du tableau de remboursement

Nous constatons que nous rembourserons 3547 FCA par mois. Ce chiffre de  3457 est en fait le résultat de la somme de deux valeurs : le montant du remboursement du capital et le montant des intérêts. La portion de capital remboursé à chaque échéance, s’appelle aussi amortissement à ne pas confondre avec la notion générale d’amortissement évoquée plus haut.

En fait à chaque échéance, on rembourse une partie du capital, donc à l’échéance suivante, il y a moins d’intérêts à payer puisque le capital a diminué, et ainsi de suite. Les remboursements restent néanmoins constants jusqu’à la fin car à chaque échéance on rembourse un peu plus de capital, notez que dans la dernière échéance on ne rembourse quasiment que du capital.

La valeur résiduelle est la soustraction du capital à rembourser en début de mois et du capital remboursé au cours du mois. Dans notre exemple, pour le premier mois 400000 – 1286 = 398714 restant à rembourser à l’issue du premier mois de remboursement etc.

D’un point de vue comptable, à l’issue de chaque année, on va faire le cumul du capital remboursé et des intérêts remboursés.

Réflexions

Business_Plan_Financier_1Notez que par l’emprunt, nous avons en quelque sorte transformé notre investissement en une charge fixe et à partir de là même si les résultats de l’entreprise ne couvrent pas l’amortissement elle reste pérenne, à condition de continuer avoir accès à l’emprunt !

Par contre si le bien est autofinancé, l’amortissement a tout son sens comme provision pour renouvellement et les résultats de l’entreprise doivent absolument couvrir les amortissements si elle veut garantir sa pérennité ! C’est une subtilité qui est rarement mise en évidence.

Même si vous êtes dans le secteur informel, toutes ces règles s’appliquent !

Conclusion

  • Accaparez vous les outils qui sont présentés ici.
  • Montez vos propres tableaux adaptés à votre situation.
  • Téléchargez le tableau Excel de simulateur de crédit.

Rendez-vous prochainement au prochain article pour explorer la suite des aspects financiers du Business Plan.

Posez toutes vos questions ci-dessous, un blog est fait pour ça, et si l’article vous a plu, cliquez donc sur les petits symboles à gauche style “J’aime” deh !


Crédit illustrations : Dreamstime



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Business plan financier : 1- investissements & amortissements